LE DEFI DES PORTS

 

10 000 m

 

COUPE DE FRANCE

 

Dimanche 22 juillet 2018 – 9 heures 30

 

Distance olympique du week end destinée aux meilleurs nageurs de la FFN, elle consiste à rallier les deux ports de Quiberon, Port Maria à Port Haliguen en contournant la Pointe du Conguel par le chenal « Le Petit Trou » située à l’extrémité sud de la presqu’île de Quiberon, en termiant le parcours par une boucle de 2500 m.

 

ATTENTION : Cette épreuve est exclusivement aux nageurs licenciés à la FFN et engagés en Coupe de France

 

Combinaison isothermique de natation type Triathlon obligatoire

 

Distance : 10 000 m

 

Temps limite :

 

Une vitesse minimum de 4 km/h est imposée aux nageurs engagés sur le 10 000 m.

  • Bouée N°2 – 1300 m : 20 minutes
  • Bouée N°3 – 3400 m : 50 minutes
  • Petit Trou – 4700 m : 1 heures 10
  • Arrivée : 2 heures 30

 

Retrait des bonnets et marquage des nageurs :

 

Samedi 21 juillet 2018, de 9 heures à 15 heures sur le terre-plein dominant la grande plage de Quiberon face à l’hôtel ALBATROS, 24 quai de Belle Ile,

Dimanche 22 juillet 2018, de 7 heures à 9 heures sur le terre-plein dominant la grande plage de Quiberon face à l'hôtel ALBATROS, 24 quai de belle Ile.

 

Rappel du règlement et des consignes de sécurité à 9 heures 15

 

Départ : 9 heures 30 précise sur la grande plage de Quiberon près de Port Maria.

 

Arrivée : Sur la cale de la plage du Porigo, au sud de Port Haliguen, près des bâtiments de l’ASNQ.

 

Les parcours du 7 500 m et du 10 000 m sont identiques jusqu’à Port Haliguen.

 

Le parcours commun est jalonné par 6 bouées de virage cylindriques (1 blanche virée épaule droite 500 m après le départ, puis 5 jaunes virées épaule gauche) complétées de 10 bouées orange cylindriques d’alignement passées indifféremment épaule droite ou gauche.

 

A Port Haliguen une porte constituée de la dernière bouée jaune et d’une bouée blanche à sa droite est installée devant la plage d’arrivée.

 

Elle matérialise le début de la boucle supplémentaire pour les nageurs qui devront contourner la bouée blanche épaule droite, puis parcourir la boucle supplémentaire de 2 500 m avant de franchir la porte une deuxième fois en contournant la bouée jaune épaule gauche.

 

Le 10 000 m n’est ouvert qu’à 40 nageurs licenciés à la FFN et engagés en Coupe de France - Inscription : 30 €

 

 

CONDITIONS DE NATATION

HORAIRES – TEMPS LIMITE :

 

L’heure de départ a été fixée 4 heures et demi avant la Pleine Mer de Port Haliguen afin de bénéficier du courant favorable de la marée montante qui porte à l’est jusqu’à la bouée N°3, qui est favorable lors du passage du chenal du Petit Trou, puis porte au nord jusqu’à Port Haliguen.

Il est fixé un temps limite pour chaque épreuve suffisamment large pour permettre à tous de le respecter. (Voir ci-dessus)

Au-delà de ce temps limite, les organisateurs imposeront aux concurrents de sortir de l’eau soit en étant pris en charge par les bateaux de l’organisation, soit en sortant de l’eau sur la plage du « Petit Trou » où, après s’être fait enregistrés, ils rejoindront à pieds le parking du Conguel situé à 400 m où un minibus les conduira à l’arrivée à Port Maria.

 

 METEO :

 

Les conditions météorologiques relevées sur plusieurs années montrent une prédominance de vents d’ouest de force inférieure ou égale à 4 Beaufort durant cette période de l’année, ce qui permet d’optimiser les chances de rencontrer une mer plate.

 

L’EAU :

 

Les nageurs peuvent rencontrer des conditions de mer évolutives les obligeant à constamment adapter leur technique. (Changement de rythme de nage en fonction des vagues, respiration tous les trois temps en cas de mer calme, ou tous les deux temps pour se protéger du clapot, levée des coudes, gainage etc.)

 

L’ORIENTATION :

 

N’ayant aucun autre point de repère que les bouées de jalonnement, chaque nageur doit veiller à rester sur la bonne trajectoire en évitant de trop se fier à ceux qui le précèdent.

 

LE STRESS :

 

Le nageur doit gérer le stress que lui procurent le sentiment de se trouver en pleine mer (1 km de la côte à la bouée N°3), le clapot et les vagues, les variations soudaines de température et les modifications brutales de la couleur du fond alternant sable clair et roche foncée.

La gestion du stress fait partie de l’esprit des épreuves.

 

Pour ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances de la Natation en Mer, nous les invitons à lire les paragraphes « La natation en mer » et « la sécurité des Défis ».

 

SOLUTION DE REPLI

 

La décision d’annuler l’un ou l’autre des DEFIS ou de modifier les parcours en fonction des conditions météorologiques, peut-être prise à tout moment par les organisateurs.

 

Ainsi, le Défi des Ports peut se dérouler sur une distance de 5000 m au départ de la Grande Plage de Quiberon consistant à faire deux fois le parcours du Défi du Carl Bech, toute autre solution étant possible à l’initiative de l’organisateur (boucles resserrées multiples avec sorties à l’australienne par exemple)

 

En cas de conditions imposant d’annuler l’épreuve, il pourrait être décidé de la reporter au dimanche 5 août 2018.

 

UN PEU D’HISTOIRE :

PORT MARIA ET PORT HALIGUEN

 

La commune de Quiberon bénéficie de deux ports, Port Maria à l’ouest et Port Haliguen à l’est.

Deux autres abris que l’on ne peut qualifier de port existent sur la Presqu’île. Le premier, Portivy, se situe à l’extrémité nord de la côte sauvage de Quiberon. Très pittoresque, il abrite une flottille de petits bateaux. Le second, Port d’Orange, se situe à l’est de la Presqu’île. Il dispose d’un petit môle qui abrite une anse à la plage réputée l’été pour la température agréable de son eau. Ces deux abris sont sur la commune de Saint Pierre Quiberon, ils valent particulièrement le détour.

PORT MARIA est un véritable port qui offre un abri sûr et confortable.

Il a trois vocations : La pêche, le commerce et subsidiairement la plaisance.

Sa rade « ouest » est gérée par la ville de Quiberon et est essentiellement consacrée à la pêche professionnelle. Une vingtaine de bateaux y ont leur port d’attache et une criée moderne et active lui permet de conserver un réel dynamisme économique.

Entre les deux guerres, Port Maria fut l’un des premiers ports sardiniers de France. A la pointe des techniques de pêche de l’époque, nombre de patrons pêcheurs du Guilvinec s’y installèrent, traquant les abondants bancs de sardines en adoptant, les premiers à Quiberon, la technique de pêche à la bolinche qui consiste à entourer le banc avec un filet, avant de l’enfermer dans une poche et de le remonter, poissons intacts, à bord du bateau. On dénombra à Port Maria jusqu’à  11 usines de conserveries. Mais la sardine se raréfia et les pêcheurs se tournèrent vers d’autres espèces locales, privilégiant les poissons nobles, les crustacés, la qualité et la fraicheur d’une pêche côtière incomparable.

Deux conserveries familiales qui se transmettent de génération en génération subsistent à QUIBERON.

Elles sont particulièrement réputées pour la qualité et la diversité de leurs produits, et demeurent une des composante essentielle de l’économie locale : LA QUIBERONNAISE appartenant à la famille JOURDAN et la BELLE ILOISE appartenant à la famille HILLIET.

PORT MARIA est également un port de commerce. Sa rade  « Est » est gérée par le département du Morbihan. Elle est le siège d’une gare maritime dynamique qui dessert trois îles : BELLE ILE, et ses quatre communes (LE PALAIS, SAUZON, BANGOR et LOCMARIA), L’île de HOUAT et l’île D’HOEDIC. Un millions de passagers y transitent chaque année. Les navires qui assurent les nombreuses rotations quotidiennes avec les 3 îles, appartiennent au Conseil Général qui délègue leur exploitation à la compagnie OCEANE, filiale du groupe VEOLIA. La présence de cette activité portuaire intense participe grandement au dynamisme de l’économie quiberonnaise.

Une petite partie de Port Maria située entre pêche et commerce accueille quelques petits navires de plaisance embossés. Elle est bordée d’une petite plage et d’un rare vestige d’un mur en béton faisant partie des défenses allemande de la seconde guerre mondiale.

La plaisance est concentrée à PORT HALIGUEN qui accueille 1150 bateaux sur pontons géré par la Compagnie des Ports du Morbihan, Société Publique Locale Présidée par Monsieur Gérard PIERRE, Conseiller Départemental du Canton de Quiberon. Créé dans les années 60 à l’initiative du sénateur Maire de Quiberon, Victor Golvan, le port de plaisance a été construit autour du vieux port dont subsiste les môles en granit ainsi que son ancien phare aujourd’hui désarmé. A l’époque, le bassin du vieux port s’étendait à la place du parking situé face au café du midi. Le quai s’effondrant, la darse fut remblayée. Sur ces môles deux statues en bronze se font face, « le pêcheur et l’ondine» offertes à la Municipalité en 1998 par le sculpteur berlinois Karsten KLINGBEIL. Outre la plaisance, PORT HALIGUEN accueille également une vingtaine de petits bateaux de pêche. La Compagnie des Ports du Morbihan, projette un rétablissement des profondeurs associé à une refonte complète des installations avec l’édification d’un seuil permettant la création d’un bassin à flot pouvant accueillir de plus gros bateaux afin de pouvoir créer davantage de manifestations nautiques et dynamiser le quartier.